DIY : cap sur la pyrogravure, ou la déco par le feu !

Votre spécialiste déco !

DIY : cap sur la pyrogravure, ou la déco par le feu !

gravure sur une poterie

Et si vous reveniez aux sources, en décorant du bois brut, rustique et authentique, au feu ? La pyrogravure est une technique ancienne, que d’aucuns qualifieront d’anachronique, qui consiste à dessiner sur un support en bois, en cuir ou encore en liège en brûlant (littéralement) sa surface à l’aide d’un outil chauffant appelé « pyrograveur ».

Par la variation de la pression, de la chaleur, de la pointe de l’outil mais aussi de variables exogènes comme l’hygrométrie ou encore la température ambiante, vous allez pouvoir varier les effets et les couleurs pour des pièces inédites !

Pyrogravure : de quoi parle-t-on ?

En termes simples, la pyrogravure est une technique de dessin sur bois ou sur cuir (entre autres) avec un appareil chauffant qui ressemble vaguement à un fer à souder classique : le pyrograveur. Cet outil qui fait des émules auprès des aficionados du bricolage et de la déco en mode DIY est doté d’une pointe qui, électriquement chauffée, brûle le matériau pour créer un motif foncé qui ressort par sa couleur et sa texture. L’art de la pyrogravure remonterait à l’Antiquité, puisque les Romains avaient coutume de graver des objets en porcelaine (assiettes, vases, mobilier) ou des calebasses avec des pointes en métal chauffées, principalement pour marquer la propriété.

Ce n’est qu’au Moyen-Age que cette pratique sera élevée au rang d’art, devenant une technique d’ornement de différents objets tels que les instruments de musique, principalement pour identifier leurs propriétaires mais aussi pour leur donner un certain cachet. Il faudra attendre le 20e siècle pour que la pyrogravure devienne une activité accessible au grand public, notamment grâce à l’invention des premiers pyrograveurs électriques. Naturellement, on trouve aujourd’hui sur le marché un large choix de pyrograveurs basiques et professionnels. Les modèles les plus huppés disposent d’embouts interchangeables pour varier les motifs, et d’un variateur de température qui permet de jouer sur les effets et les nuances. Vous l’aurez compris, la pyrogravure, c’est un peu revenir à l’époque préhistorique avec le travail du bois! Et comme ce loisir créatif peut être réalisé en plein air, vous allez pouvoir vous oublier dans votre atelier artisanal en plein air !

Le matériel de base pour débuter en pyrogravure

Vous aurez d’abord besoin d’un (bon) pyrograveur. Vous avez deux options : le pyrograveur basique, avec un réglage de chaleur unique, et le pyrograveur de gamme professionnelle avec plusieurs embouts (généralement en laiton) interchangeables et un variateur de température. Evitez les modèles d’entrée de gamme qui ne vous donneront pas un aperçu flatteur de ce loisir créatif. Si vous optez pour un modèle professionnel, vous aurez besoin de pinces plates pour manipuler les embouts encore chauds au cas où vous voudriez les changer au cours d’un projet de décoration. Vous aurez également besoin d’un porte-crayon pour déposer l’outil et le laisser refroidir en sécurité.

Choisir le bon matériau à pyrograver

Bien qu’il soit possible de pyrograver sur cuir, ivoire ou porcelaine, le bois reste le matériau de prédilection pour la grande majorité des amateurs, qu’ils soient débutants ou plus avancés. La raison à cela est toute simple : le bois est un matériau accessible au plus grand nombre. De plus, vous aurez le choix entre différentes essences, en fonction de vos préférences stylistiques ou de votre budget. Notez toutefois que chaque essence de bois a un niveau de « dureté » noté sur une échelle de 1 à 10.

Si vous débutez en pyrogravure, nous vous conseillons d’opter pour un bois plutôt tendre comme le tilleul, le pin ou le bouleau. En plus d’être plus tendres, ces essences de bois sont moins coûteuses, et offrent un rendu agréable en raison de leur couleur plus claire, avec un contraste suffisant. Au fur et à mesure que vous maîtrisez la technique, vous pourrez évoluer vers des bois plus « nobles ».

Quid des mesures de sécurité ?

N’oublions pas que la pyrogravure est une technique qui consiste à « brûler » un support généralement en bois. Il est donc évident que des précautions de sécurité s’imposent. Avant toute chose, veillez à travailler exclusivement dans des pièces bien aérées et à écarter tout matériau inflammable de votre plan de travail. Si vous utilisez un pyrograveur à embouts interchangeables, ne les changez jamais à la main, même quand l’outil n’est pas branché. Utilisez votre pince plate avant d’allumer l’appareil, puis placez-le sur un porte-crayon pour le laisser chauffer en toute sécurité.

Et pour ne pas abîmer votre support, faites un test préalable sur un bout de bois quelconque (palette) afin de vérifier la température du pyrograveur. Quand le trait réalisé n’est pas assez foncé, il faudra augmenter la température. En revanche, lorsque le bout de bois fume ou noircit trop vite, c’est un signe indéniable que l’outil est en surchauffe.